Le blog des métiers
                     de la communication
      dans l'art et la culture
Le blog des métiers
                     de la communication
      dans l'art et la culture
 
ME JEAN-JACQUES NEUER, AVOCAT : « L’OPINION NOURRIT DES FANTASMES SUR LE MARCHÉ DE L’ART. LES MAGISTRATS AUSSI »
Arts | Marché
Daniel Bernard | 28.01.2020 | 10:18


Daniel Bernard
Journaliste
BIOGRAPHIE >>

Pour Me Jean-Jacques Neuer, avocat spécialisé dans les contentieux liés au marché de l’art, la communication est un mal nécessaire. À partir du litige qui opposait la Picasso administration aux époux Le Guennec, décryptage d’une stratégie judiciaire.

 

Dans l’affaire de recel d’œuvres d’art, où vous défendiez la Picasso administration contre les époux Le Guennec, qui prétendaient avoir reçu de Picasso un don de 271 œuvres, pourquoi avez-vous dénoncé ceux qui en avaient fait « une histoire de lutte des classes » ?

Jean-Jacques Neuer : La France a une fragilité en ce qu’elle a un rapport ambigu à l’argent. Pour s’assurer de la sympathie de l’opinion, la partie adverse avait d’emblée pris cet angle de communication : je défendais la plus puissante succession d’artiste contre un modeste électricien !

Ainsi, la difficulté majeure n’était pas juridique, mais émotionnelle : l’opinion publique voulait croire à une fable, aussi peu crédible soit-elle : un électricien de Picasso qu’aucun biographe ne connaissait, qui ne comptait ni parmi ses amis, ni parmi ses proches avait reçu du Maître le plus important cadeau qu’il n’ait jamais fait à qui que ce soit : 271 œuvres ! Il fallait donc rétablir la vérité de cette affaire.

 

Au cours de la procédure, que vous avez fini par emporter la conviction du tribunal, comment avez-vous communiqué ?

Au départ personne ne nous donnait une chance. Heureusement la justice n’a pas été dupe mais la grande difficulté a été de faire comprendre à l’opinion publique française y compris quelquefois à de brillants intellectuels, des journalistes, qu’il ne s’agissait pas d’autre chose que d’une affaire pénale, d’une mystification totalement cynique.

Pour ce faire, j’ai dû entrer dans la mécanique de cette si morbide passion qu’a notre pays pour la lutte des classes et ainsi sacrifier au prisme français, expliquer que cette affaire n’opposait pas un pauvre à des riches mais des riches à des très riches et très malhonnêtes qui avaient utilisé une personne uniquement pour mettre en scène une possession frauduleuse, qui avaient froidement tenté de gruger l’opinion publique qui a finalement compris et s’est retournée.

L’électricien n’a jamais eu ces œuvres entre les mains avant de les présenter à la Succession. Une raison parmi des dizaines : vous vous doutez bien qu’une personne qui gagne 1.200 € par mois en aurait vendu une en quarante ans. Ces œuvres sont des œuvres volées qui étaient entre les mains de marchands suisses.

Ceux-ci ont recruté cet électricien qui a joué le rôle d’une mule pour reprendre une expression liée au trafic de drogue. Il avait une histoire à raconter : « je travaillais pour Picasso, le Maître me les a données ».

La presse du monde entier s’est jetée sur cette affaire. Des journalistes chinois, russes, coréens, américains ! Les Anglo-saxons, eux, ont compris tout de suite car ce qui les a passionnés c’était le côté « roman policier » ; ils n’ont pas été submergés par des considérations idéologiques.

 

En appel, vous avez été confronté à Eric Dupond-Moretti. Avez-vous été tenté de vous mettre sur le terrain de ce ténor charismatique et fort en communication ?

Jean-Jacques Neuer : Lorsque la partie adverse utilise de manière massive l’arme de la communication, vous ne pouvez pas regarder ailleurs et faire comme s’il ne se passait rien. Bien sûr, la justice est technique mais elle est aussi rendue au nom du peuple français et même s’il ne s’agit pas de substituer le tribunal de l’opinion à celui des juges, il y a quasiment un devoir d’explication qui participe du respect.

Il est impossible d’ignorer les questions que se posent les gens, les avocats, pas plus que la justice ne sont sur un quelconque Olympe qui les dispense d’expliquer et de justifier la position qu’ils défendent.

 

Lorsque vous recevez un galeriste, le directeur d’un musée ou un héritier, votre objectif premier est-il toujours de privilégier une transaction afin d’éviter une procédure publique ?

Jean-Jacques Neuer : Le premier réflexe, c’est d’éviter une procédure tout court ! La justice est toujours une épreuve longue, coûteuse, incertaine.

Le secret est la règle, la discrétion une nécessité. Il est extrêmement rare que mes clients ou moi-même médiatisions une affaire. Il est vrai qu’il est quelquefois nécessaire, dans l’intérêt des clients, parfois du marché de l’art, de dégonfler un certain nombre de fantasmes.

Dans le cadre de la défense des grandes successions, par exemple, j’ai pris soin d’expliquer aux magistrats mais aussi à l’opinion publique que celles-ci jouaient un rôle de régulateur de marché qu’aucune autorité n’est en pratique en mesure d’assumer.

Les grandes successions, en bloquant les faux, empêchent chaque année des milliers de victimes de se faire escroquer et permettent au marché tout entier de ne pas être détruit et de fonctionner.  Étant avocat français et Solicitor anglais, là encore, je mesure chaque jour la différence d’approche des deux cultures.

 

jjneuer@cabinetneuer.com

 

Retour à l'accueil du Blog

MATHIEU TEMPLON, DIRECTEUR DE LA GALERIE TEMPLON - BRUXELLES : « LA SIMPLICITÉ EST LA CLÉ DU SUCCÈS DE NOTRE VIEWING ROOM »
Arts | Marché | Médias
Daniel Bernard | 19 Octobre 2020 | 04:10

Mathieu Templon Galerie Viewing Room Online Digital exposition

CHRISTINE MACEL : «LES EXPOSITIONS À CHAUD EN RÉACTION AU CORONAVIRUS, JE N’Y CROIS PAS»
Arts | Institutions | Marché
Daniel Bernard | 11 Mai 2020 | 01:05

Billets des éditorialistes

Les derniers articles

2020

2019

2018

2016

2015

2014

2013


 
Le blog 360° est une production Communic'Art