Le blog des métiers
                     de la communication
      dans l'art et la culture
Le blog des métiers
                     de la communication
      dans l'art et la culture
 
@JERRYGOGOSIAN, INSTRAGRAMEUSE : « J'AVAIS PERMIS À UN PAQUET DE DOLLARS DE ME DICTER MES SENTIMENTS SUR L'ART »
Arts | Médias
Daniel Bernard | 24.04.2020 | 11:24


Daniel Bernard
Journaliste
BIOGRAPHIE >>

Bien avant la crise du coronavirus, le compte Instagram @jerrygogosian s’était imposé comme une Pythie du monde de l’art contemporain.

Accumulant les mèmes, des images banales assorties de commentaires méchamment ironiques, celle qui se présente comme une ex-galeriste de Los Angeles cultive une dérision qui lui assure une audience de 68 000 followers. Elle lui permet d’échanger avec les puissances de la place, dont elle podcast les interviews.

De son ton acéré, elle relève que la pandémie aura seulement poussé chacun dans sa pente. Elle ne s’attend à aucune sérieuse remise en cause, ni des méga-galeries, ni du système des foires.

Un sarcasme qui pousse la profession à abandonner les communications stéréotypées pour en revenir à l’essentiel : la transmission des œuvres d’art.

 

Avec votre sens de l’humour très particulier, comment décrivez-vous la période ?

Jerry Gogosian : Ce qui fait mon bonheur en ce moment, c’est d’observer les principales galeries, maisons de vente aux enchères et institutions qui n’ont AUCUNE IDÉE de ce qu'ils doivent faire et se montrent sur les réseaux sociaux, jetant des pâtes au mur pour voir ce qui reste collé.

C'est tellement bizarre, voire stupéfiant, de voir des institutions ultra-sérieuses s’essayer à l'humour ! "Salut les gars, ma musique préférée c’est le rock ! ». C’est la plupart du temps désinvolte, irrespectueux ou improvisé, parfois au taquet d'ailleurs, mais ça parait toujours tellement forcé que ça me fout les boules, un peu comme quand tu vois tes parents se rouler une pelle.

 

Selon vous, la pandémie est-elle propice à l’introspection et à l’autodérision ?

Jerry Gogosian : J’avoue que je pense encore plus à moi en ce moment, ce qui est un exploit car je suis déjà par nature super égocentrique. Certains jours, je pense que je devrais m'éloigner de l'art et aller me cacher dans une petite ville pour y refaire ma propre définition de ce qu'est l'art. Pour être honnête, je pense que j’ai laissé l'argent parasiter en moi un recoin sacré qui était la valeur que j’accordais à l’art.

J'ai toujours plaisanté à ce sujet, mais après examen, j'ai réalisé que je perdais la foi et que j'avais permis à un paquet de dollars de me dicter mes sentiments sur l'art. Je commençais à tolérer le panurgisme et quelques autres mauvais comportements, au nom de l’ART !

J'ai dû être remise en place par des gens plus intelligents et plus sensibles que moi. Parmi ces gens, je veux citer Sarah Hoover de chez Gagosian et le critique d’art Jerry Saltz, qui m'ont sauvé la vie cette semaine.

J'ai enregistré un podcast aujourd'hui, disponible en lien à partir de ma bio Instagram, franchement humiliant : Jerry Saltz m'a demandé « De quoi as-tu peur ? » Je lui ai dit « j'ai peur d’être brisée. »  Et il a dit: « Tu es brisée. Donc qu'est ce que tu vas faire ? » Ça fait réfléchir. Un sacré défi…

 

Conseilleriez-vous ce registre de l’auto-dérision à un méga-galeriste que vous connaissez bien, Larry Gagosian ?

Jerry Gogosian : Vous voulez parler de mon « père » ? Mon « père » est un mâle alpha traditionnel, pas vraiment réputé pour son humour. Il fait de l'argent et c'est un homme de peu de mots, mais la comédie n’est pas son truc. Vu de ses hauteurs, il n'y a jamais rien de très risible.
 
À ce niveau, vous ne pouvez pas donner l’impression de douter, sinon tout le marché commencerait à turbuler grave.
 
Mon « père » sauvegarde les apparences parce qu’un paquet de gens riches attendent de lui qu’il sache leur garantir la valeur élevée de leurs collections. Autrement dit : l'humour, c’est pour les pauvres tandis que les riches prennent leur l'argent à la banque, comme toujours.

 

Pensez-vous qu’il soit opportun d’utiliser l’humour pour traverser cette crise… Est-il difficile d’être drôle quand les gens meurent ou perdent leur emploi ?

 
Jerry Gogosian : La tragédie est l’autre face de la comédie, alors oui, je continue à rire. On connaît cependant la formule  « la comédie, c’est la tragédie plus du temps » et parfois je suis trop proche de tout ça pour rire, alors je pleure souvent. Comme on pouvait s’y attendre, la réponse du monde de l’art à la crise est assez drôle parce qu’à côté de la plaque.
 
« viewing room » en ligne. PFF
Visites de musées virtuelles. Pffffff.
Dons minuscules à des organisations en dehors du monde de l'art.
 
Ventes flash : d’après mes sources, les gens pètent les valeurs sûres en proposant des rabais scandaleux en raison de la panique. Ça, mon gars, c’est pas bon.
 
Se rallier au plus petit dénominateur commun : par exemple, l'Instagram d'Art Basel il y a quelques semaines affichait «P.S. Je t'aime » en néon,  au moment même où la pandémie commençait. Comme si tu avais besoin d'une foire d'art qui te dise "accordez moi votre attention et pensez à moi" alors que tu traverses un des plus sombres moments de ta vie. Allo, quoi ! LOL. Le timing était misérable, limite effroyable.
 
Solidarité feinte : les principaux musées et institutions publient des mèmes internet et donne les gants des régisseurs d’art juste après les avoir flanqués à la porte.
 
Des remises inappropriées sont proposées par des directeurs commerciaux inquiets et on soupçonne encore d’autres manipulations du marché.
 
Beaucoup de conférences sérieuses et condescendantes sur les médias sociaux sur la façon dont nous devons traiter l'environnement, réalisées par des clients importants de NetJet. Vous m’avez compris, il y a de quoi s’amuser en ce moment. Vous ne croyez pas ?

 

Croyez-vous que le monde de l’art soit prêt à revoir son modèle ?

Jerry Gogosian : J’aimerais être optimiste sur la relation du capitalisme avec l’art, mais mon intuition, c’est que le monde de l’art va devenir beaucoup plus intense et encore plus agressif pour les gens qui étaient attachés aux schémas classiques. Il y aura des gens qui se briseront ou chuteront —ce sont sur eux que je fonde le plus d’espoir.
 
Ils auront l’opportunité de reconstruire autant qu'ils le souhaitent… Il y a tellement de liberté dans quelque chose qui meurt, se termine, se brise, s'évapore... Tu peux te reconstruire et faire le chemin vers quelque chose qui te correspond. Les gens se plaignent de l'incertitude actuelle, mais rien ne fonctionnait non plus il y a deux mois.
 
Nous ne devons pas travailler à remettre les choses à leur ancienne place. Il fallait que ça pète. J’apprécie ce genre de réinitialisation quand elles se produisent dans ma vie personnelle et quand ces « resets » s’imposent dans un contexte sociétal plus large.
 
Nous sommes au début de quelque chose de nouveau. La perspective de faire partie de l'avenir me stimule et me rend confiante.

 

Dernière question : est-ce que dans cette période, l’art contemporain est nécessaire pour comprendre le monde ?

Jerry Gogosian : La vie serait horrible sans art. La vie sans art serait comme un repas sans saveur ou une partie de jambes en l’air sans orgasme. Une journée sans intempéries, une année sans le cycle des saisons, quel en serait le sens ?
 
L’art rythme le temps et nous donne un espace pour penser et ressentir. C'est la baguette magique qui fait voir la vie en grand. Votre question, en fait, n’a même pas de sens.
 
A moins que vous fassiez référence aux trophées, à ce genre d’œuvres patentées dont nous aurions besoin pour affirmer que nous avons un goût très sûr… Mais là, c’est à chacun de savoir comment il veut prendre son pied ! La vanité sera difficile à éradiquer, même le COVID-19 n’y parviendra pas.
 
Ceci étant, si vous ne disposez pas d’un Picasso à accrocher sur le mur de votre salon, j'ai une idée excitante pour vous. Considérez chaque objet de votre maison comme un authentique objet d'art et revoyez de fond en comble la déco de votre intérieur.

Créez une exposition entière et offrez à vos amis une visite privée via Zoom. Re-contextualisez votre vie entière avec l'art au centre, juste pour vous marrer. Mieux encore, laissez vos enfants curater toute une pièce ou tout un mur avec vos chers objets. Vous pourriez apprendre quelque chose sur vous-même, ce qui serait une manière astucieuse de tirer profit de la quarantaine !

 

Instagram : @jerrygogosian

Retour à l'accueil du Blog

CHRISTINE MACEL : «LES EXPOSITIONS À CHAUD EN RÉACTION AU CORONAVIRUS, JE N’Y CROIS PAS»
Arts | Institutions | Marché
Daniel Bernard | 11 Mai 2020 | 01:05

MARIE-ANNE FERRY-FALL, DIRECTRICE DE L’ADAGP « IL FAUT D’ABORD FAIRE ENTENDRE LA VOIX DES AUTEURS ! »
Arts | Institutions | Marché
Daniel Bernard | 05 Mai 2020 | 11:05

© Caroline Bleux, Agence Big Shot

Billets des éditorialistes

Les derniers articles

2020

2019

2018

2016

2015

2014

2013


 
Le blog 360° est une production Communic'Art