Le blog des métiers
                     de la communication
      dans l'art et la culture
Le blog des métiers
                     de la communication
      dans l'art et la culture
 
MAXIME KRIEF, « LES VISITES VIRTUELLES D’UN STAND SONT SOUVENT PLUS LONGUES QUE SUR UNE FOIRE ! »
Arts | Institutions | Médias
Daniel Bernard | 13.11.2020 | 09:43


Daniel Bernard
Journaliste
BIOGRAPHIE >>

Prestataire de la foire ArtParis depuis 3 ans, le fondateur d’Immersion 3D nous livre les clés de la progression de l’utilisation des outils numériques : les galeristes qui prennent le temps d’intégrer photos, vidéos, hypertextes à leur communication mesurent rapidement une optimisation quantitative et qualitative.

 

Vous avez, par votre maîtrise de la vidéo immersive, démultiplié les visites de la foire ArtParis. Dans quelle mesure la crise sanitaire du Covid-19 a-t-elle levé les barrières psychologiques dans le monde de l’art, où il est convenu d’opposer expérience de l’œuvre et digitalisation ?

Maxime Krief : En observant le monde de l’art par le prisme d’Instagram, il semble que les artistes, les musées, les galeristes aient enfin sauté le pas de la digitalisation. En réalité, les blocages se sont atténués, mais demeurent.Dans le secteur de l’immobilier, la visite virtuelle est considérée comme un outil supplémentaire, qui incite les clients vraiment intéressés à se déplacer pour une visite physique. Dans le monde de l’art, ArtParis fait encore figure d’iconoclaste, en mettant à la disposition des exposants les outils de visite immersive.

Avec le recul, il est pourtant certain que l’outil que nous développons, lorsqu’il est promu dans la communication on-line et via les réseaux sociaux, donne envie de se déplacer jusqu’à l’œuvre pour en prendre la mesure, et éventuellement l’acquérir.

Auparavant, un visiteur qui avait apprécié une exposition disait à ses amis "vous devez absolument aller voir cette expo!" ; aujourd'hui, il partagera la visite virtuelle par les réseaux sociaux, impactant ainsi grandement le nombre de vues.

 

Depuis le début du re-confinement, comment les galeries d’art qui vous sollicitent formulent-elles leurs nouveaux besoins ?

Maxime Krief : La crise du Covid-19 a privé les galeries d'art de leur fréquentation quotidienne et les galeristes ont réalisé que les visites virtuelles leur permettaient non seulement de présenter leurs oeuvres de façon complète (en ajoutant du contenu texte, photo, et hyperliens), mais également d'augmenter leurs visites, sur rendez-vous.

Les professionnels veulent désormais exploiter aussi les vidéos, photos, et panoramas, tous ces nombreux services annexes que mis à leur disposition pour en faire des outils de communication.

La technologie numérique permet-elle de mesurer précisément l'impact des différents dispositifs, en termes de fréquentation et de vente ?

Maxime Krief : Dans un période économiquement difficile, il est naturel de peser l’intérêt de chaque euro investi. Les statistiques permettent d’évaluer l’investissement sur le temps long. Qui plus est, il faut apprécier un outil en fonction de l’usage qui en est fait !

Si les organisateurs d’Art Paris sont bien plus satisfaits que ceux de Photo London, par exemple, c’est qu’ils ont pris la peine de promouvoir la visite immersive générale du Grand Palais, puis incité chacun de leurs exposants à créer leur propre stand virtuel avec les œuvres de leurs artistes.

Au-delà du bénéfice d’image, la fréquentation de Art Paris en 2020 a été de 41 000, visiteurs uniques, contre 30 800 en 2019 et 25 000 en 2018.

 

Certaines fonctionnalités, qui inciteraient les visiteurs à rester plus longtemps dans les espaces virtuels, et aussi à acheter, sont encore sous-exploitées. Avez-vous renoncé à surmonter ces blocages ?

Maxime Krief : Le marché de l’art contemporain n’aime pas parler d’argent. Y compris dans les galeries dites « commerciales », il n’est pas d’usage d’afficher les prix ! Ce qui n’empêche pas chacun d’analyser ses comptes et donc de mesurer ses investissements.

Or ces investissements s’avèrent vite rentables quand un collectionneur chinois ou américain qui ne peut se déplacer à Paris, prend contact via une viewing room.

D’un simple clic, il est désormais possible grâce à notre technologie 3D Mattertag, d’afficher non seulement un cartel ou un article, mais aussi une vidéo. Par chat ou par Skype, le visiteur peut aussi entrer en contact vidéo avec le galeriste, pour prolonger et approfondir la relation.

Aujourd’hui, un visiteur passe déjà en moyenne 7 minutes « dans » une galerie virtuelle et 20 minutes sur une foire on line —c’est encore trop peu. Mais si on compare ses temps d’attention avec les parcours météoriques des visiteurs d’un stand physique, c’est déjà une bonne base !

 

http://www.immersion-3d.com/

Retour à l'accueil du Blog

CLAUDE BONNIN, PRÉSIDENT DE L’ADIAF, "À NOUS DE FAIRE CONNAÎTRE LES TALENTS ÉMERGENTS"
Artistes | Arts | Institutions
Daniel Bernard | 22 Mars 2021 | 02:03

Billets des éditorialistes

Les derniers articles

2021

2020

2019

2018

2016

2015

2014

2013


 
Le blog 360° est une production Communic'Art