Le blog des métiers
                     de la communication
      dans l'art et la culture
Le blog des métiers
                     de la communication
      dans l'art et la culture
 
PAUL-EMMANUEL REIFFERS, "PROJETER AU-DELÀ DE NOS FRONTIÈRES LES JEUNES FIGURES FRANÇAISES DE L’ART CONTEMPORAIN DE DEMAIN"
Artistes | Arts | Marché | Mécénat
Daniel Bernard | 19.05.2021 | 17:11


Daniel Bernard
Journaliste
BIOGRAPHIE >>

Paul-Emmanuel Reiffers, Président-Fondateur du groupe de communication Mazarine, annonce la création de Reiffers Art Initiatives, fonds de dotation pour le soutien à la jeune création contemporaine et la diversité culturelle.

Une trentaine d’artistes par an seront accompagnés afin de promouvoir à l’international la nouvelle scène artistique française.

Ce fonds, qui bénéficiera d’un soutien financier de 500 000 euros par an, initiera plusieurs actions pour financer, exposer et donner de la visibilité aux figures émergentes de l’art contemporain de demain.

 

Vous annoncez le lancement d’un fonds de dotation en soutien à la jeune création contemporaine et la diversité artistique. Dans votre parcours d’homme de communication et de collectionneur, comment avez-vous été confronté à cette urgence ?

Paul-Emmanuel Reiffers : La période, pour chacun d’entre nous, invite à se concentrer sur l’essentiel et je souhaite être utile, tout simplement, aux artistes et à mon pays.

En Allemagne, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, historiquement, les acteurs institutionnels ont apporté une aide significative pour la promotion mondiale de leur scène nationale.

En France, j’ai ressenti la fragilité des artistes, accentuée par la crise du Covid-19, qui les empêche de se projeter au-delà des frontières, dans les plus grands musées et les galeries les plus puissantes.

En soutenant plus particulièrement les créateurs qui, venus d’ailleurs, enrichissent le patrimoine national et la culture française, c’est un peu de l’énergie créatrice de la France qu’on exporte. A l’égal des Anglo-saxons, ils seront demain les artistes globaux courtisés par les plus grands collectionneurs.

 

Emma Lavigne, directrice du Palais de Tokyo, Benjamin Millepied, danseur et chorégraphe, Marie-Cécile Zinsou, mécène et collectionneuse... Vous vous êtes entouré d’un jury très diversifié, tourné vers la transmission et la diffusion. Quel message souhaitez-vous porter auprès du public ?

Paul-Emmanuel Reiffers : Chacun des membres du comité artistique international a son goût et ses choix. Tous sont parfaitement ancrés en France, sans restreindre leur curiosité au pré-carré franco-français.

Leur crédibilité incontestable dans le monde de l’art apportera aux artistes sélectionnés une caution précieuse.

En retour, le regard que leur porteront les créateurs et collectionneurs, d’Amérique et d’Asie notamment, contribuera à renforcer la notoriété de la scène française sur la carte de l’art contemporain.

Le message que j’aimerais partager avec le public, à travers cette nouvelle initiative, est celui de l’importance d’un espace conversationnel où chacun s’exprime et respecte l’autre, dépassant les clivages par une compréhension de la vie en commun.

Dans les champs de la création artistique, l’art contemporain valorise par essence la liberté d’expression et d’exposition, ainsi que la libre appréciation des œuvres, dans le respect des singularités de chacun. Le Fonds est l’ardent promoteur de cette diversité bien comprise.

 

Le soutien que vous apportez aux créateurs n’est pas seulement financier. Avec un mentorat et des expositions orchestrées par des curateurs reconnus, quelle est pour vous la promesse de ce dispositif global?

Paul-Emmanuel Reiffers : Un artiste a besoin de visibilité. Au-delà du financement de la production artistique, je veux mettre en lumière le travail des créateurs, leur ouvrir les portes des centres d’art.

Avec le comité international que j’ai réuni comme gage de qualité et le mentorat par une personnalité affirmée du monde de l’art, notre sélection d’artistes bénéficiera instantanément d’une précieuse notoriété.

 

Quel programme d’expositions avez-vous engagé en France et à l’international afin de faire valoir les artistes soutenus par votre fonds de dotation ?

Paul-Emmanuel Reiffers : Nous prévoyons deux grandes expositions annuelles. En octobre, lorsque les yeux du monde de l’art sont focalisés sur Paris, les collectionneurs et les institutions s’échapperont de la FIAC pour découvrir au studio des Acacias un talent neuf, parrainé par un grand mentor.

Pour la première édition du programme de mentorat, l’artiste star américain Rashid Johnson a fait le choix du jeune artiste français Kenny Dunkan.

Originaire de Guadeloupe et ancien pensionnaire de la Villa Médicis, il développe une oeuvre performative et hybride, puisant dans la culture visuelle des Caraïbes pour interroger héritage colonial et identité fragmentée.

En avril, nous exposerons des jeunes artistes autour d’une thématique, sous la direction d’un curateur de renommée internationale.

 

Le fonds Reiffers Art Initiatives comprend une importante dimension internationale. Quelle devrait être, en Chine ou aux Etats-Unis, la juste place des artistes qui vivent et travaillent en France ?

Paul-Emmanuel Reiffers : L’exposition du printemps confrontera les Français à des artistes chinois et américains, tandis que nos partenaires issus de ces deux pays pourront les montrer aux publics de Shanghai ou New-York.

Dans les années 90, les Young British Artists ont conquis le monde à partir de la galerie de Charles Saatchi. Les jeunes français méritent le même soutien.

 

Vous projetez d’éditer un « Who’s who » de la jeune création française, imaginez-vous faire émerger une « french touch », comme en musique ?

Paul-Emmanuel Reiffers : Réveiller la même énergie, susciter l’émulation et ainsi stimuler dans le monde entier la curiosité pour les artistes français, c’est le but ultime.

Dans la période post-Brexit, Paris accueille les plus grandes galeries. Il faut saisir ce moment, sans tarder.

 

Vous êtes grand amateur d’art premier africain et un collectionneur aguerri de la scène contemporaine afro-américaine. Quel sens donnez-vous à cette quête ?

Paul-Emmanuel Reiffers : Vivre dans son siècle, voilà mon aspiration, qui me guide également en tant que collectionneur. Les artistes dont j’acquiert les œuvres habitent notre époque et si je regarde vers l’Afrique, ce n’est pas seulement parce que j’y ai vécu quinze ans dans ma jeunesse.

Nos sociétés développées ont besoin de ce jeune continent autant que nous avons besoin de lui. Cet échange, je l’ai vécu avec Rashid Johnson. Je l’ai rencontré en 2014, en achetant une première œuvre sur bois, une évocation de l’Etranger de Camus inspirée de Jean Dubuffet.

L’année suivante, je l’ai exposé au studio des Acacias en partenariat avec la galerie internationale Hauser&Wirth. Aujourd’hui, c’est moi qui le sollicite pour être le premier mentor dans le cadre de mon projet philanthropique de soutien à la diversité artistique portée par les jeunes artistes d’ici.

L’intrication très prégnante d’une histoire personnelle marquante, de rencontres fortes avec des artistes singuliers , et de la construction d’une collection qui fasse sens, voilà ce qui me guide.

 

www.reiffersartinitiatives.com

 

UN COMITE ARTISTIQUE INTERNATIONAL

Engagé depuis plusieurs années pour la création contemporaine, Paul-Emmanuel Reiffers a réuni des personnalités du monde de l’art et de la culture, partageant des valeurs d’ouverture et d’inclusivité, ainsi qu’une volonté farouche de soutenir la création en France et à l’étranger, pour accompagner les initiatives du fonds, sélectionner et faire rayonner les nouveaux talents.

 

  • Emma Lavigne, Présidente du Palais de Tokyo, Paris
  • Benjamin Millepied, Fondateur LA Dance Project, Los Angeles
  • Marie-Cécile Zinsou, Fondatrice Zinsou Foundation, Cotonou
  • Simon Njami, Ecrivain, commissaire d’exposition, co-fondateur de la Revue Noire, Paris
  • Matthieu Humery, Commissaire d’exposition, New York
  • Diana Campbell Betancourt, Directrice Artistique Samdani Art Foundation et Dhaka Art Summit, Bruxelles
  • Thomas Shao, Fondateur Modern Media, Shanghai
  • Eve Therond, Consultante en Art, New York
  • Olivier Massart, Fondateur de La Mode en Images, Paris
  • Thibaut Wychowanok, Journaliste et Critique d’art, Paris

Retour à l'accueil du Blog

Éric de Chassey, DIRECTEUR DE L’INHA, "L’HISTOIRE DE L’ART DOIT JOUER UN RÔLE CITOYEN"
Arts | Institutions
Daniel Bernard | 24 Mai 2021 | 07:05

Éric de Chassey, 2020 © Institut national d’histoire de l’art. Photo Jean Picon

Billets des éditorialistes

Les derniers articles

2021

2020

2019

2018

2016

2015

2014

2013


 
Le blog 360° est une production Communic'Art