Actualité

07.07.2021

LE CENTRE DES ARTS D'ENGHIEN PRÉSENTERA "MEMORY LANE", L'EXPOSITION DE LA RENTRÉE AVEC L'ARTISTE FÉLIX LUQUE DU 23 SEPT. AU 12 DÉC. 2021

Infos Pratiques


Image principale :
Felix Luque, Bois mort, 2015, installation lumineuse et sonore ©DR.
 
Image ci-dessus :
Félix Luque, Void, 2019, sculpture lumineuse et sonore ©DR. 
Le Centre des arts d’Enghien-les-Bains, ouvre sa saison culturelle avec l’artiste espagnol Félix Luque Sanchez qui collabore avec Inigo Bilbao et Damien Gernay pour l’exposition Memory Lane à découvrir du 23 septembre au 12 décembre 2021. 
 
Entre savoir-faire artisanal et recherche technologique
 
Le point de départ de Memory Lane est le souvenir. Les paysages d’enfance de l’artiste Félix Luque Sanchez (plages, rochers, bois et grottes le long des côtes d’Asturies en Espagne) deviennent des sujets de prélèvements de données et de modélisation 3D à part entière. Ces souvenirs, il les confronte, avec l’aide d’Inigo Bilbao et Damien Gernay (à la modélisation 3D et au design), à des dispositifs technologiques, oscillant alors sans cesse entre savoir-faire artisanal et recherche d’innovation.

De l’observation du monde, de son fonctionnement mais aussi de ses réminiscences, l’artiste procède à une mutation progressive de la matière première qu’il consigne, répertorie et classe. Un moyen pour lui d’écrire de nouvelles histoires, alors transformées et réinterprétées à l’infini autant qu’une tentative de raviver une mémoire exacte des lieux.

En résulte cet univers si singulier dont les oeuvres participent à la logique de décloisonnement menée par le Centre des arts, renouvelant ainsi le champ del’imaginaire et proposant au spectateur la promesse d’une expérience méditative.
 
Créer et produire une mémoire collective 
 
Gràce à l’intervention de machines et logiciels 3D, qui reproduisent fidèlement la réalité , l’artiste quant à lui s’intéresse à la possibilité de créer de la fiction à partir de l’exactitude des données nurérisées. En partant des lieux personnels et affectifs de sa jeunesse (décors de jeux d’enfants, vacances d’été…), l’artiste les convertit en lieux universels, en lieux de mémoire, recueil de souvenirs collectifs, chacun pouvant alors s’approprier ces images fictionnelles.

Mais les technologies utilisées ici afin de relever, de collecter et de reproduire tous les détails d’un espace réel, dépassent la simple fonction d’imitation. Prises comme un tout, celles-ci sont présentées non seulement comme le résultat de la créativité des artistes mais aussi, voire surtout, comme le résultat de la capacité des machines à saisir la nature, à la réinterpréter et à en fabriquer une nouvelle version, nécessairement artificielle, mais dotée d’une étrange beauté.

À partir de trois séries d’oeuvres – Memory Lane, Bois mort et Void, composées d’installations lumineuses, de tirages numériques, de sculptures et sérigraphies, le spectateur est invité à déambuler au travers de ces paysages méditatifs autant que fantomatiques, et s’approprier ses propres souvenirs, en les confrontant à ceux de l’artiste.

 

Plus d'informations à découvrir sur le site :
https://www.cda95.fr/fr/agenda/memory-lane-felix-luque-sanchez-inigo-bilbao-damien-gernay


Image principale :
Felix Luque, Bois mort, 2015, installation lumineuse et sonore ©DR.
 
Image ci-dessus :
Félix Luque, Void, 2019, sculpture lumineuse et sonore ©DR. 

Infos Pratiques